142020Juil
Le rôle important des tribunaux régionaux dans la zone de libre-échange continentale africaine

Le rôle important des tribunaux régionaux dans la zone de libre-échange continentale africaine

L'arrêt Mseto de la Cour de justice de l'Afrique de l'Est

La zone de libre-échange continentale africaine («AfCTA») a soulevé la perspective d'un plus grand développement des échanges, des investissements et du développement économique entre les États africains. Le succès de sa mise en œuvre (et sa crédibilité aux yeux des investisseurs tant locaux qu'étrangers) dépendra dans une large mesure de la mise en place et du bon fonctionnement des institutions transfrontalières, de la bonne gouvernance et du respect de l'État de droit. Cela comprend l'accès à la justice, l'application facile des droits légaux, un pouvoir judiciaire indépendant et des mécanismes efficaces de règlement des différends. Des tribunaux régionaux et locaux efficaces et indépendants peuvent constituer une alternative à l'arbitrage pour résoudre les litiges commerciaux et autres. Le récent jugement de la Cour de justice de l'Afrique de l'Est («EACJ») concernant la suspension du journal Mseto par le gouvernement tanzanien indique le rôle important que les tribunaux peuvent jouer. L'EACJ a été créée par le Traité pour l'établissement de la Communauté de l'Afrique de l'Est entre le Kenya, la Tanzanie, l'Ouganda, le Soudan du Sud, le Rwanda et le Burundi («Traité de la CAE»).

Le 4 août 2016, Mseto a publié un article alléguant qu'un ministre adjoint avait pris des pots-de-vin pour lever des fonds pour la campagne électorale présidentielle du président Magufuli. Le 10 août 2016, le ministre de l'Information a suspendu la publication du journal pour trois ans en vertu de l'article 25 (1) de la loi sur les journaux. Le paragraphe 25 (1) permettait au ministre de suspendre la publication d'un journal s'il était «d'avis qu'il est dans l'intérêt public ou dans l'intérêt de la paix et du bon ordre de le faire». Le rédacteur en chef et l'éditeur de Mseto a contesté la suspension devant l'EACJ (qui siège à Arusha, en Tanzanie). Le gouvernement tanzanien a initialement soutenu que les requérants devaient épuiser tous les recours locaux tanzaniens avant de s'adresser à l'EACJ, mais a ensuite admis que l'EACJ était compétente et que les citoyens tanzaniens avaient un accès direct à l'EACJ.

Tout en notant que les droits à la liberté d'expression et à la liberté de la presse n'étaient pas absolus, l'EACJ a estimé que les restrictions à ces droits ne pouvaient être imposées que pour protéger les droits ou la réputation d'autrui ou pour des raisons de sécurité nationale, d'ordre public, de santé publique ou morale. L'EACJ a estimé que le Traité de la CAE protège le droit à la liberté d'expression et que les dispositions du Traité de la CAE étaient «contraignantes et pas simplement ambitieuses» et a créé une obligation pour chaque État membre de «respecter ces principes sacro-saints de bonne gouvernance et de loi qui inclut la responsabilité, la transparence et la promotion et la protection de la démocratie ». L'EACJ a conclu que le ministre n'avait pas motivé son ordonnance, n'avait pas donné à Mseto une occasion raisonnable de répondre aux allégations portées contre elle (l'ordonnance avait été rendue moins de 36 heures après la plainte initiale) et avait rendu l'ordonnance «fantasque »Fondée sur l '« opinion »du ministre sans établir en quoi la publication du journal avait spécifiquement violé« l'intérêt public, l'intérêt de la paix et / ou le bon ordre », comme l'exige le paragraphe 25 (1).

Dans son arrêt du 21 juin 2018, l'EACJ a en conséquence conclu que le ministre avait agi illégalement et que cela constituait une violation des obligations du gouvernement tanzanien au titre du traité de la CAE. Le ministre a reçu l'ordre d'annuler l'ordonnance et de permettre à Mseto de reprendre la publication. Bien que le Gouvernement ait déposé un avis d'appel du jugement le 19 juillet 2018, il n'a pas poursuivi le recours et le 2 juin 2020, la chambre d'appel de l'EACJ a rejeté une demande de prorogation du délai du Gouvernement et a radié le recours.

L'affaire Mseto est importante car les citoyens d'un État africain ont déposé une requête directe devant un tribunal régional et obtenu avec succès une ordonnance contre un gouvernement africain. Le respect et l'application de l'état de droit par un pouvoir judiciaire indépendant seront essentiels au succès de l'AfCTA et d'autres initiatives panafricaines. Un défi majeur sera la volonté des gouvernements africains de se soumettre à la juridiction des tribunaux régionaux et d'autres organes de régulation régionaux et des institutions panafricaines. Le sort du Tribunal de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) est révélateur de la manière dont le processus de création d'un tribunal régional peut être déraillé. En 2008, le tribunal de la SADC (basé à Windhoek, Namibie) a statué en faveur des agriculteurs zimbabwéens blancs que le Zimbabwe avait violé le traité de la SADC en expropriant des exploitations privées sans compensation. Le gouvernement zimbabwéen a refusé de se conformer à l'arrêt et les États membres de la SADC ont par la suite décidé en 2011 de suspendre le tribunal de la SADC et en 2014 ont signé un protocole pour restreindre la compétence du Tribunal aux différends entre les États membres de la SADC uniquement et ne pas autoriser les affaires de particuliers ou d'entreprises dans la SADC. États membres. Une torsion dans l'histoire est survenue en décembre 2018 lorsque la Cour constitutionnelle sud-africaine a estimé que la participation du président sud-africain à ces décisions était inconstitutionnelle, illégale et irrationnelle. La Cour constitutionnelle a ordonné au président sud-africain de retirer sa signature du Protocole et le président l'a fait en août 2019. Le tribunal de la SADC reste cependant suspendu et les gouvernements de la SADC n'ont pris aucune mesure significative pour résoudre ce problème.

Le test clé pour la mise en œuvre réussie de l'AfCTA et d'autres initiatives panafricaines sera la volonté des gouvernements africains de limiter ou d'abandonner leur souveraineté nationale en faveur de la promotion du libre-échange continental, de l'investissement, du développement et de la bonne gouvernance. Le soutien et la confiance des investisseurs locaux et étrangers seront importants et dépendront beaucoup du respect par les gouvernements africains de l'état de droit et d'un pouvoir judiciaire indépendant, y compris par le biais de tribunaux régionaux comme l'EACJ, la Cour de justice du COMESA, la Cour de justice de la Communauté de la CEDEAO. et la Cour africaine des droits de l'homme et des peuples.

L'arrêt de l'EACJ dans l'affaire Mseto est un précédent important. Mais pour le rédacteur et l'éditeur de Mseto, les résultats pratiques ont été mitigés. Ils ont finalement réussi dans l'EACJ et les dépens ont été accordés en leur faveur contre le gouvernement tanzanien. Cependant, Mseto a été empêché de publier pendant trois ans du 10 août 2016 au 9 août 2019 (date à laquelle la commande initiale du ministre a expiré). Le registraire tanzanien des journaux a ensuite refusé à Mseto une licence au motif que l'appel du gouvernement était toujours en instance. Bien que Mseto ait initialement réclamé des dommages-intérêts (y compris le manque à gagner) contre le gouvernement dans le cadre de la procédure de l'EACJ, cette demande a été par la suite retirée car aucune preuve à l'appui n'avait été fournie. L'appel du gouvernement contre le jugement de l'EACJ du 21 juin 2018 ayant finalement été radié le 2 juin 2020, il est difficile de savoir si Mseto intentera une action en dommages-intérêts et si Mseto obtiendra une licence pour reprendre la publication.

Article de Pieter Steyn, directeur de Werksmans et président de LEX Africa.

Partagez cet article

FacebookTwitterLinkedIncourrier