Vue d'ensemble :

Faire des affaires en Afrique est associé à divers défis et risques et doit par conséquent être fondé sur une base juridique solide et une compréhension complète des lois et réglementations locales. Prévenir vaut mieux que guérir. 

Comprendre les différents véhicules commerciaux disponibles ainsi que les exigences de conformité pour les entreprises et autres entités corporatives est essentiel. Les gouvernements africains adoptent de plus en plus des lois pour protéger les consommateurs ainsi que la confidentialité des données. Les règles et réglementations fiscales, de contrôle des changes et bancaires doivent également être pleinement comprises. 

Nos avocats spécialisés ont une expérience substantielle dans le conseil aux entreprises multinationales et locales sur toutes les questions d'entreprise, commerciales et réglementaires pertinentes pour leurs activités.

Affaires récentes :

Angola: Contrats de location ; vente et achat d'une usine en Angola.

Botswana: Conseil sur le projet de privatisation d'Air Botswana et de la Botswana Telecommunications Corporation et sur le projet de fusion de la Botswana Post et de la Botswana Savings Bank.

RDC: Constitution et création d'entreprises en Afrique et sociétés de sécurité en Afrique du Sud.

Lesotho: Nous avons participé à l'acquisition de parts dans une chaîne hôtelière multinationale ayant une filiale au Lesotho et nous avons aidé une société de brasserie sud-africaine à vendre ses parts et à se désinvestir au Lesotho.

Ghana: Conseil d'un client ghanéen dans le cadre d'une collaboration pour la création d'une usine d'amidon et l'intégration de l'usine d'amidon et d'une usine d'éthanol existante située dans la région de la Volta au Ghana.

Guinée: Conseiller juridique d’un consortium de compagnies d’assurances dans le cadre d’une action en recouvrement subrogé contre le sous-traitant de cola pour avoir causé ou contribué à la cause d’un glissement de terrain, et les pertes qui en ont résulté.

Kenya: Conseiller Engen Limited sur la cession des actions d'une de ses sociétés holding à Vivo Energy, ce qui a entraîné le changement de contrôle des activités d'Engen au Kenya.

Maroc: Représentation de Fiat Chrysler Automobiles Maroc dans l'arbitrage commercial l'opposant à son ancien distributeur Stokvis Automotive S.A suite au non-renouvellement de l'accord de distribution.

Mozambique: Conseiller les concessionnaires et les opérateurs de la concession de la zone 4 du bassin de Rovuma.

Nigeria: Conseil local d'une société étrangère dans le cadre du projet d'usine à gaz intégrée de Seplat Sapele. Nous avons examiné le contrat de service technique.

Afrique du Sud: A conseillé COIDIC (société de développement et d'investissement dans les infrastructures soutenue par le gouvernement chinois) pour la mise en place de leurs opérations en Afrique du Sud.

Ouganda: Conseil d'une société d'exploration pétrolière et gazière dans le cadre de son acquisition d'une participation de 30 % dans la réserve d'exploration d'une autre société d'exploration pétrolière et gazière dans les plus grands champs pétrolifères d'Ouganda.

Tanzanie: A conseillé et représenté les investisseurs dans un projet de pipeline de plus de 3 milliards de dollars US du nord-ouest de la Tanzanie à l'est de la Tanzanie dans tous les aspects de la loi, y compris les droits et l'acquisition de terres, la fiscalité, les exemptions, les questions environnementales, antitrust, la conformité et la réglementation, le contenu local, l'immigration, l'assurance, le financement de projets, la titrisation, le droit des sociétés et les contrats.

Zambie: Conseiller du Fonds d'investissement pour l'agriculture et le commerce en Afrique (AATIF), un fonds de 146 millions de dollars qui investit dans toute la chaîne de valeur agricole en Afrique, et du groupe KFW, une banque de développement appartenant au gouvernement allemand, concernant la mise en œuvre du programme de mécanisation agricole de l'AATIF en Zambie.

Zimbabwe: Conseils à la Law Society of Zimbabwe concernant l'application de la législation fiscale aux sommes qu'elle perçoit au titre des certificats d'exercice et des programmes de formation juridique continue.